Donnerstag, 29. Oktober 2015

KPR-2: 32ième jour | Desenzano—Castelnuovo del Garda



Peppe, qui n’a pas de mail et difficilement atteignable, ne m’a pas contactée, mais sa personne m’a accompagnée durant toute la journée. Peut-etre que le fait de connaitre une personne à travers une autre, d’entendre son récit, de découvrir ses oeuvres, mais de ne jamais le rencontrer, laisse une trace encore plus forte. Un souvenir-empreinte au plus profond de l’ame. Je ne sais pas. Mais à quelque part, c’est très bien que ce soit passé ainsi, que je l’ai pas rencontré et que je ne le rencontrerai probablement jamais.

Pour repartir sur des paysages topographiques-géographiques, je situe l’endroit ou je longe la rive: Lago di Garda. Alors, c’est maritime. C’est ambiance de port, de mouettes. De petites plages, de grands hotels luxueux, de campings et de quelques touristes. En traversant un village, je passe au marché pour acheter des kakis (oh, kakis tant aimés, qui savez hypnotiser mes sens aiguisés par une nécessité de jus fruité). Je pourrais manger des tonnes de kakis. Oui. Bon, laissons la «bouffe» de coté. Fin de journée, j’arrive à Castelnuovo et j’y vois des panneaux indiquant une «mostra» (exposition). C’est décidé, je m’y arrete et ca serait certainement l’occasion de rencontrer des artistes, donc de camper. J’attends l’ouverture. Et c’est avec une immense joie, un enthousiasme énorme et beaucoup d’humour que je suis accueillie par Fiore Panza.

Le président de l’Associazione Stradafacendo, qui a organisé l’exposition, nous rejoint quelques instants plus tard. Les deux personnages sont pouillais et me font comprendre ce qu’est le dialecte et la culture pouillaise! Puis, vient le moment de la question de l’hébergement… Mince, pas de giardinis chez eux, et pas de connaissances qui ont un giardino et pas de place non plus de place à l’intérieur. Mais, autre alternative, ils m’offrent une nuit dans un B&B!