Sonntag, 8. November 2015

KPR-2: 42ième jour | Mirano—Venezia



Dernier jour. Ou plutot, je me suis demandée si je fais halte à Mestre ou pas. Bon, c’est un peu ridicule, car Mestre après avoir été concertée, n’est pas forcément intéressante. Et honnetement, j’ai remarqué que plus je sentais la Sérénissime, plus j’avais envie de l’atteindre. Alors, dai. En chemin, anecdote qui vaut la peine d’etre redigée: un jeune homme m’accoste et me demande une faveur; celle d’aller acheter la pillule du lendemain pour sa copine agée de 17 ans. Pour etre sure d’avoir bien compris, je lui demande quelques informations. Oui, Marinka, t’as bien capté, le préservatif a cédé. Bon, allez, dai. On t’a tellement aidée, alors maintenant, à ton tour. Il me donne l’argent et je vais dans la pharmacie pour demander la «chose» en question. Eco. On se salue et on se quitte.

Je quitte Mestre, j’atteins une zone semi-autoroute, semi-je-ne-sais-pas-quoi… je longe les bords de route, je me faufile entre la barrière délimitant la route vers l’intérieur et la barrière délimitant la route vers l’extérieur. Capici? Enfin, une sorte de sandwich. Et j’arrive au Pont della Liberta!!! Et je vois au loin, dans une sorte de brume, Venise. Il fait grand beau, il y a des mouettes et des hérons, il y a l’eau, le sable, les filets, le vent, il y a le soleil. C’est un moment de bonheur. Je savoure ce moment. Seule (enfin… à coté des voitures, des motos, camions, bus, trains, métro-bus), je traverse ce pont.

Quelques 4 kilomètres encore avant de poser pied sur la terre… ferme sur pilotis. C’est un moment symbolique et c’est à cet instant que je réalise que j’arrive. Que ça n’ira pas plus loin. Que c’est un stop. Une impasse. Je me pose la question de toutes ces voitures… ou vont-elles? Au parking? Venise est là, toute proche et encore lointaine. J’apprécie ce moment; c’est un moment unique, un moment rien qu’à moi. C’est comme une sorte de résumé du voyage, une sorte d’atterrissage et de conscience pleine. Pleine de reconnaissance. J’arrive. J’arrive en plein dedans. En plein tourisme. Eco. C’est ça aussi. Oui.

La marche a abouti. Mais le projet pas encore. Il me faut aller jusqu’au bout.