Dienstag, 25. April 2017

KPR-3: Jour 18 | Kaditzsch - Leisnig



A la maison des artistes, je me trouve face à un dilemme car elle n’en est plus une. Ils me laissent dormir, m’attribuent un studio pour une modique somme. Devais-je accepter ou renoncer ? J’ai insisté pour planter ma tente, mais pour des questions sanitaires, ils ne pouvaient m’autoriser à l’installer à l’extérieur. Finalement, j’ai accepté de payer et de m’offrir un moment de luxe : chambre et baignoire. Le lendemain, rencontre et discussion avec le patron qu’a étudié l’illustration à la Kunsthochschule à Leipzig. Je découvre l’immense jardin et l’immense richesse de cette personne. J’aurais pu camper (me disais-je), finalement je comprenais que c’est ok. J’avais fait un petit geste et j’avais reçu en retour « une confiture ». Je suis partie de cet endroit paisible en traversant un mini-parc à sculptures et puis une journée à longer la Mulde. Parfois, dans les villages, je cherche en vain des boulangeries qui affichent des pancartes décolorées comme si le temps s’était arrêté. Oui, le temps s’est arrêté.... Les maisons ou plutôt grandissimes bâtisses aux coloris gris et à l’architecture minimaliste, fonctionnelle, racontent le passé de la DDR.


Keine Kommentare :