Freitag, 2. Juni 2017

KPR-3: Jour 56 | Bratislava



















Kunsthalle, Bratislava
Aujourd’hui, je visite la Kunsthalle et je me prépare à la présentation que j’aurai à la Flatgallery ce soir. Je teste quelque chose. C’est une présentation performative. Mon public est restreint mais à l’écoute. On se trouve dans la cuisine en toute intimité. Mon anglais est pauvre mais l’énergie est là, les rires aussi. Avec Marian, ma seule audience, nous allons en ville et il me raconte sa vie, son parcours, ses voyages, ses études d’architecture, son enfance en Suisse, ses états de santé et le moment où son cœur a failli lâcher à cause d’un trop plein d’activités et de consommation. Nous retournons à la Flatgallery pour observer le micro cosmos humain qui se déroule, se développe sous nos yeux, dans la rue. C’est une énergie. C’est fluide. C’est presque un peu peu hors-temps, comme si cela me dépassait. D’ailleurs, j’arrive à un moment où j’ai l’impression que le projet me dépasse, que je ne tiens plus les rennes… Raisons ? A cause de cette ville, petite où tu as la sensation de tourner en rond ? A cause de la masse touristique ? A cause de la chaleur qui devient pénible ? A cause du séjour prolongée ? A cause du fait que je parviens bientôt à la moitié de mon voyage ? Ou tout simplement parce que suis remplie, alimentée de tous les côtés ? Peut-être qu’il me faut tout simplement marcher. Et digérer.























Andrej Jaros and Albert Vlk and Cesar, Flatgallery, Bratislava

Keine Kommentare :