Samstag, 10. Juni 2017

KPR-3 : Jour 64 I Pannonhalma - Ete


Quand on est l'hôte de quelqu'un et qu'on lui demande beaucoup, la moindre des choses c'est de s'adapter.  Je quitte donc Laszlo et je reprends la route. J'ai fait un calcul : si je marche 27 km par jour pendant 5 jours, je toucherai mon Budapest mercredi. Je n'ai pas le droit de faire des détours car je dois y être jeudi pour une  présentation. Aujourd'hui c'est un jour béni et merveilleux au niveau des paysages et de la tranquillité. J'ai le chemin de Saint Jacques pour compagnon même si je l'emprunte à contre-sens. Les cerises me forcent à faire des haltes. Je ne comprends pas que les Hongrois ne les cueillent pas. Les personnes que je croise et qui travaillent à l'extérieur : paysans, cantonniers, ouvriers de chantier, je me sens proche d'eux d'une certaine manière au travers de mon bleu de travail. J'ai totalement oublié que celui-ci peut paraître bizarre aux yeux de mes interlocuteurs. Je m'arrête dans la maison-musée d'une célèbre comédienne hongroise Jaszai Mari (1856-1926). La gardienne m'explique plein de choses en hongrois bien entendu.  Je l'écoute et je finis par lui demander s'il y a des artistes dans la région. Mais c'est difficile. Dans les entre-deux (entre les villes et capitales) il y a plus de "Heimatmuseum"que des musées d'art. Mais la "Heimat" est la base de la culture, non ? J'ai décidé de continuer à marcher et de m'arrêter pour manger une goulash avant de trouver un endroit pour camper. Voilà, c'est ça le plan.


Keine Kommentare :