Donnerstag, 22. Juni 2017

KPR-3 : Jour 76 I Lajosmizse - Kecskemét

Allez hop ! Je me lève à 5.00  et je m'arrête une heure et demie dans le bistrot du coin. J'ai toujours besoin dune bonne petite pause café pour m'aider à me réveiller  avant d'entreprendre des mouvements des orteils. On m'offre deux pallaschinken (des crêpes, dessert traditionnel hongrois) et j'accompagne le tout de deux cafés. Je m'arrête encore dans la superette "Coop" avant de retourner suer sur les chemins sablonneux.



Le terrain est très sec , l'atmosphère me fait penser aux steppes, les cultures sur ces terres sont principalement constituées de céréales, cerisiers, sureaux et vignes. J'ai de la peine à avancer tellement il fait chaud. Ce qui me motive c'est qu'à 14.30 j'ai un rendez-vous avec une historienne d'art à Kecskemét. J'y parviens une heure plus tard que prévu car je dois m'imposer des pauses et surtout m'hydrater. Je bois environ 4 litres (eau, jus, thés, cafés et parfois yoghourts). Mes habits sont souvent "trempes" mais mon petit bleu de travail résiste à tout. En chemin je m'amuse à charmer 3 ouvriers agricoles. Quelques minutes plus tard, le jeune patron arrive et on échange quelques mots en anglais. Il m'explique que les dommages causés par l'orage de la journée précédente sont immenses. Ce qui signifie une grande perte d'argent. Bon, je dois passer d'une culture à l'autre,  l'artistique m'attend et comment ! Kecskemét est en pleine fête. La ville s'anime au rythme des festivals. Agnes Virag m'accueille chaleureusement dans le musée de Cifrapalota, une ancienne batisse construite au début du 20e siècle par une famille fortunée, un exemple sans pareil du style Sécession.






Le lieu accueille plusieurs collections : de l'archéologie, des arts appliqués etc. Agnès m'emmène ensuite au festival de films d'animation, en passant par un vernissage pour finalement terminer ma journée à une table pour siroter une bière  avec les participants du symposium sculptural de métal. Et c'est ici que je serai logée mais non sans difficulté.


Keine Kommentare :