Dienstag, 18. Juli 2017

KPR - 3 : Jour 102 I Markovac - Subotica

C'est pas vrai! Mais c'est pas vrai! J'en ai marre. Je n'avance pas et je me fais accoster trop souvent. La matinée s'est bien déroulée; j'ai rencontré une historienne d'art qui m'a présenté plein de trésors, de petits objets datant de plusieurs centaines d'années, récoltés dans la région. Il y a des traces des empires romain et ottoman et d'autres bijoux du Moyen Age. La région dissimule dans ses sols des traces de passage de peuples importants, mais aucun musée à l'horizon.

Je quitte la famille de BABA GOGA après avoir dégusté une spécialité serbe, un gâteau feuilleté avec du fromage à l'intérieur (un börek sans viande). Il est 13h. A 14h, je veux traverser le territoire d'une entreprise pour rejoindre un chemin. Je me rappelle de l'anecdote en Slovaquie, mais tente quand même ma chance. Rien à faire. Ok, je continue à marcher sur la route principale, le long des voitures. Puis une personne s'arrête. C'est un monsieur que je reconnais, il était chez BABA le soir d'avant.



J'accepte de monter dans sa voiture pour quelques kilomètres, juste le temps de rejoindre la ville. Mais, quand je lui dis de s'arrêter parce que je veux continuer à marcher, il n'en fait qu'à sa tête. Il veut me montrer un endroit de travail. Je comprends qu'il m'amènera ensuite à l'endroit que je souhaite. Je suis énervée. Ca part dans tous les sens, sauf le mien. "Tu croyais bien faire Marinka! Eh bien voilà où tu en es." Zoran est tellement fier que je l'accompagne qu'il me présente à tout le monde. Il croit que je travaille pour la TV suisse et en profite pour faire sa promotion. C'est pas méchant, mais c'est complètement à côté de la plaque. Il revient sur ses pas et m'offre un "schnitzel" serbe. Je m'impose de lui dire que cette fois je marche. C'est bon. Je marche. Et je campe seule, plantée dans la nature, car j'ai besoin de mon espace. Allez, bonne nuit!

Keine Kommentare :