Sonntag, 2. Juli 2017

KPR - 3 : Jour 86 I Mali Idos - Srbobran




Au festival, j'en profite pour me bouger mais autrement qu'en marchant :). Je mets la machine en route et hop je sors mon déhanchement d'enfer. Je m'amuse à faire rire quelques jeunes et surtout un petit blondinet de 3 ans. Il est en compagnie de sa mère, une femme  petite et toute menue et d'autres membres de sa famille : deux filles et un garçon. On danse tous ensemble et j'ai même le sentiment, dans un court instant, qu'on fait tous partie du même clan. Mais je me rends compte que la mère me dévisage et me scrute dès que la lumière inonde la salle. Elle se pose sans doute des questions sur mon bleu de travail et mes souliers de montagne. Je pense que c'est une famille Tzigane mais je peux me tromper. Je me dis que nous voilà rassemblés, deux minorités : eux et moi l'étrangère, on se ressemble en quelque sorte.



Vers 1h du matin, très fatiguée, je pose ma tente juste derrière la scène, (en backstage haha). Le concert continue alors je me munis de boules Quies. Je craignais que des festivaliers un peu mal en point vomissent sur la tente mais ouf rien n'est arrivé, j'ai même très bien dormi.
Le lendemain, je me remets en marche à travers les champs de maïs, des épis sucrés dont je raffole. A Srbobran, c'est chez Slobodan (qui signifie liberté) que je suis herbergée. C'est un agronome de 72 ans, toujours actif, veuf depuis une année (il m'apprend que sa femme est décédée d'un cancer à cause des répercussions d'une bombe pendant la guerre). Il s'occupe de sa fille handicapée et de ses deux enfants à elle dont la petite fille est aussi handicapée. Je suis émue par le courage de cet homme.

Keine Kommentare :