Samstag, 15. Juli 2017

KPR - 3 : Jour 99 I Vlaska - Smederevska

Je décampe et prends de l'altitude. J'escalade une colline. En chemin, un monsieur qui porte deux paires de lunettes et pousse une brouette me fait sourire. Il m'indique le chemin, on se quitte et il revient vers moi car je me suis trompée. En effet, mon GPS (ou son orientation) est quelque peu douteux, pas très précis. Aujourd'hui, je suis à côté des "traces", à côté de ma route.
Je dois me frayer un passage à travers des broussailles. Je n'ai plus beaucoup de batterie… Je demande au ciel de me guider. Par bonheur, je retrouve une route et je me dis: "qu'importe, je ne quitterai pas cette route en gravier, elle mènera bien quelque part."



Elle m'amène en effet à un village et à une halte bien méritée chez Johann et sa famille. Une halte bien longue, arrosée de Rakia (schnaps à l'abricot), d'un café et d'une glace faite maison. C'est la vie, c'est vivant, bruyant, ça part dans tous les sens et j'aime ça. C'est le temps des abricots: je reçois un demi-litre de schnaps, 1 kg d'abricots et j'ai dû refuser un kilo de confiture avec regret. Ca serait trop, mais ils ont de la peine à comprendre. Désolée, mon sac est restreint et mes capacités physiques aussi.
Quelle spontanéité et générosité! Merci.

Les abricots sont ma nourriture quotidienne. Je fais ma cure et c'est bon pour le transit! A part ça, il faut se méfier des femmes qui t'invitent pour un café… Souvent, elles ont un fils à marier ou un mari à prêter. Je rigole. Tout de même, chacun son intérêt. Je comprends, vu la situation économique qu'on ne peut comparer avec notre situation helvétique. Parfois, je suis embarrassée par les questions en rapport avec l'argent… Mais il faut se rendre à l'évidence et il n'y a rien à cacher… Pourtant, les montants que j'évoque paraissent des sommes gigantesques qui permettraient à des familles entières de vivre certainement plus d'une année.




J'aime ces petits villages, j'aime le désordre: une sorte d'oxygène qui m'inspire. C'est simplement vivant. Mais je perçois tout ça avec mes lunettes d'Européenne de l'ouest et probablement que de l'autre côté, l'autre facette de la réalité n'est pas à envier.

Keine Kommentare :