Montag, 7. August 2017

KPR - 3 : Jour 122 I Pristina - Gracanisce


Bibliothèque Nationale, Pristina

J'ai rendez-vous avec Sihana, une jeune photographe et mannequin qui me montre la Bibliothèque Nationale, l'Université des Arts et la Galerie Nationale du Kosovo. Elle est très grande, très mince et a une voix particulière. Elle est  très belle et elle m'intrigue.
A Pristina il a beaucoup d'artistes mais peu d'endroits pour exposer. Je suis heureuse de pouvoir visiter la Galerie Nationale mais elle ressemble à n'importe quel centre d'art : des murs blancs, peu d'oeuvres, c'est assez stérile et froid. Mais je sens l'importance d'un tel endroit dans une ville qui est entrain de se reconstruire et qui doit asseoir son identité de capitale. J'ai un court entretien avec le responsable des contacts internationaux mais il ne peut pas m'accorder d'interview. Je n'obtiens pas non plus d'interview avec le directeur. La secrétaire est une vraie porte de grange. Bon peut-être que ne me suis pas bien exprimée, peut-être que je ne présente pas assez bien contrairement à Sihana, peut-être qu'il me manque l'essentiel (le sac à main ?)... ça m'énerve quand j'essuie des refus. Bon tant pis !

Galerie Nationale, Pristina

Dans l'après-midi, après avoir divinement mangé en compagnie de la responsable de la culture de l'Ambassade suisse et de ses deux stagiaires, je marche en direction de Bracanica. La périphérie n'est pas très belle, c'est bruyant, en travaux. Il fait très chaud et l'asphalte c'est pas ce que je préfère. Il me reste une courte distance pour atteindre le village serbe qui se trouve en plein Kosovo. J'ai l'adresse du centre culturel et le directeur m'accueille, il est très surpris (comme souvent) et m'autorise à camper sur le plateau de théâtre. Il m'explique la situation de ce "ghetto" serbe. Dans ce village ainsi que quelques autres à proximité, on parle serbe et on a une culture serbe. Je suis confuse et je ressors mon lexique des 10 mots que je connais.
Le directeur continue en m'expliquant l'oeuvre qui est érigée dans le centre culturel : "Missing" en l'hommage aux 3000 personnes serbes et roms qui sont portées disparues depuis la guerre en 1999.
On me dit la souffrance, le massacre...

"Missing", Kultur Dom à Gracanica





Keine Kommentare :