Samstag, 19. August 2017

KPR - 3 : Jour 134 I Negotino - Demir Kapja

Une journée normale, agrémentée de sueur, de pauses dans la nature ou dans de petits magasins. L'expérience du silence alors que tu es entourée de 10 personnes. On me regarde. Je les regarde. Je n'ai toujours pas compris comment ils perçoivent ce que je fais. S'ils trouvent que c'est du temps perdu, complètement absurde, ou s'ils n'ont aucun intérêt pour cela… Parfois, ils me lancent des regards ou c'est juste quelques mots, mais rien d'autre ne s'ensuit. Les paysages sont beaux. Il y a de vastes surfaces où quelques vaches broutent, où un cheval est perdu au milieu d'un "no man's land".


Il y a aussi cette halte et cet échange avec toute une équipe d'hommes. Ca passe, on se comprend et on rigole. J'apprends qu'il y a une église catholique car des Slovènes auraient été là après la Seconde Guerre Mondiale. L'église en question n'est ouverte et utilisée qu'une fois par année. Le soir, ou plutôt à 16h30, je suis prête à converser en direct avec le Musée d'art d'Olten, mais leur technique ne fonctionne pas. Tant pis. Je reste dans la petite ville et assiste à des danses traditionnelles serbes et macédoniennes.


Les costumes sont ravissants et les pieds des danseuses sautillent avec beaucoup de finesse. Elles ont toutes un sourire "pepsodent", mais je ressens un vide. Qu'est-ce qu'il y a? Et pourquoi est-ce que tout le monde s'en va après la prestation. Beaucoup de choses m'échappent.


Keine Kommentare :